La respiration & ses bienfaits en sophrologie

A la naissance, nous avons tous un schéma respiratoire :

Notre respiration est abdominale (il suffit pour vous la représenter de regarder un petit enfant endormi respirer. C’est son abdomen qui bouge).
Au fil du temps, cette respiration abdominale naturelle monte et devient exclusivement thoracique !

L’objectif c’est de faire redescendre notre respiration. Etant donné que la respiration est vitale, elle est un acte inconscient. Faire redescendre notre respiration au niveau abdominale est une action intentionnelle

1. La Respiration consciente (abdominale) :

J’inspire par le nez. Pourquoi ? 

Cette inspiration nasale permet de réguler l’air en température.
Le flux nasal stimule les nerfs crâniens (dont le fameux nerf vague, nerf le plus long de notre métabolisme, qui va innerver une grande partie des fonctions corporelles. Il faut savoir que la respiration et le stress naissent au niveau du tronc cérébral.)

Le nerf vague est donc largement impliqué dans le stress. Lorsque nous stimulons notre nerf vague, nous avons la possibilité d’abaisser notre niveau de stress.

La respiration nasale facilite le retour à la respiration abdominale qui augmente les capacités de notre système immunitaire. 

A l’inverse de la respiration par la bouche. Par contre pour pouvoir « vider » nos poumons au maximum en expulsant l’air emmagasiné, il convient d’expirer par la bouche.

2. Les bienfaits d’une bonne respiration :

Une bonne respiration c’est donc une inspiration nasale et expiration orale.

La respiration abdominale facilite le retour du flux sanguin au niveau cardio-vasculaire et dans tout le corps (grâce aux changements de pression dans l’abdomen).

La respiration est également la voie d’accès vers l’intérieur de soi  : Une bonne respiration indique notre habilité à donner force et vie à nos émotions.

3. L’équilibre du corps et de l’esprit :

Une bonne respiration participe à l’équilibre du corps.

• La respiration devient le reflet de la successions de nos émotions qui se sont produites tout au long de notre vie.
• Une respiration superficielle indique une peur ou une résistance. Elle s’apparente au refoulement de nos émotions.

Si une respiration orale (haute) abaisse le niveau d’efficacité du système immunitaire, la respiration abdominale va aussi agir sur le système cardiovasculaire et sur le retour veineux à partir du changement de pression dans l’abdomen et le thorax à l’inspiration et à l’expiration.

Une bonne respiration va également agir sur le système lymphatique et le système digestif.
La respiration abdominale va masser l’abdomen et agir sur l’activité intestinale.

4. La respiration et le fonctionnement de notre cerveau 

Comment la respiration abdominale va-t-elle nous permettre de stopper une entrée de stress ?

Le stress c’est un état, c’est une mise en défense qui est à l’origine de la plupart des problèmes de santé.

En cas d’alerte, nous avons une petite structure dans notre cerveau (qui s’appelle l’amygdale, qui nous sert à encoder nos émotions).

Quand elle est stimulée, elle va stimuler le tronc cérébral qui va sécréter de la noradrénaline et ainsi activer l’alerte (action de défense du corps).

Avec la respiration consciente, on vient stimuler le système parasympathique dans le cerveau : cela vient abaisser les effets de la mise sous tension, c’est comme un frein pour l’organisme (à la différence du système sympathique qui accélère l’organisme).

La fonction qui va présider à l’équilibre de ces 2 systèmes, c’est la respiration.

5. Rééduquer son système respiratoire pour contrer les effets du stress

L’activation du stress va engendrer une respiration désordonnée, plus courte et plus haute.
Au niveau du tronc cérébral, le départ du stress et le point de départ de l’activité de ventilation sont au même endroit.

Quelles en sont les conséquences ? Si le stress se mets en route, il va serrer l’activité ventilatoire. 

Si cette situation est répétée régulièrement cela va agir de manière quasi permanente sur notre respiration.

En sophrologie, nous allons faire l’inverse et procéder à une rééducation de notre système respiratoire (ventilatoire).

Par | 2019-01-23T09:02:10+01:00 23 janvier 2019|Catégories : Actualités Sandrine Le Gall, Meilleure gestion du stress, Sophrologie|Mots-clés : , , |0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :