10 conseils issus des neurosciences pour apprendre et mémoriser

  • Distribuer l’apprentissage plutôt que le regrouper (1/4 d’heure par jour pendant 8 jours vaut mieux que deux heures en un jour)
  • Répéter régulièrement pour consolider les connaissances dans la mémoire à long terme (idéalement revenir tous les jours sur l’ensemble des informations d’un chapitre/ d’une leçon et pas seulement sur la partie ou sous partie abordée ce jour)
  • Bien dormir (le cerveau consolide les apprentissages qui précèdent quand la qualité du sommeil est bonne)
  • Plutôt que relire une leçon pour réviser, se poser des questions en amont sur ce qui est su sans relire en amont (pour identifier ce qui est réellement compris et mémorisé en évitant de se reposant sur la mémoire à court terme après la relecture)
  • Identifier les erreurs persistantes
  • Regrouper les informations avec des logiques d’associations personnelles (faire des liens entre des connaissances même d’une matière à l’autre, créer des indices récupérateurs comme des acronymes ou des dates intimes, faire des métaphores personnelles : “c’est comme…”)
  • Faire des fiches de mémorisation active plutôt qu’avoir tout le contenu sous les yeux (exemple : des flash cards avec une question et la réponse derrière, une fiche avec seulement le plan de la leçon qu’il faudra compléter à l’oral avec ses propres mots)
  • Encoder les informations de manières aussi variées et nombreuses que possible (ex :  consulter des images, lire du texte, faire des jeux de mots  ou se créer des images mentales rigolotes, dessiner des schémas, associer l’information à des éléments du lieu d’apprentissage, se raconter des anecdotes sur les personnages historiques ou le contexte des découvertes scientifiques, écrire des mots clés, se faire des films mentaux, expliquer à un auditoire réel ou imaginaire, expliquer les choses avec ses propres mots et ses propres exemples…)
  • S’assurer d’avoir un stock de connaissances suffisant pour pouvoir raccrocher les nouvelles informations à des éléments présents et compris dans la mémoire (d’où l’importance d’une bonne culture générale, d’un niveau de vocabulaire élevé et d’une bonne compréhension des chapitres précédents pour construire les nouveaux apprentissages sur une base solide).

Conseils issus de www.apprendre-reviser-memoriser.fr

Par | 2019-03-06T18:53:42+01:00 6 mars 2019|Catégories : Actualités Sandrine Le Gall|Mots-clés : |0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :